À la découverte des cultures prioritaires recommandées pour la préfecture d’Agou
Nouvelles recommandations pour plus de rendement

À la découverte des cultures prioritaires recommandées pour la préfecture d’Agou

Après analyse d’un échantillon de sols de la préfecture d’Agou située à environ 100 km au nord-ouest de Lomé, les chercheurs de l’ l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA) ont formulé un certain nombre de recommandations pour mieux réussir son investissement agricole dans cette partie du Togo.

L’analyse des échantillons de sols recueillis pour le compte du projet de l’élaboration de la carte de fertilité des sols agricoles du Togo révèle que 85 % des sols de la préfecture d’Agou sont moyennement riches en matière organique (MO), 95% très pauvres en phosphore (P) et 80 % pauvres en potassium (K).

Avec les recommandations actuelles de doses de fumures vulgarisées, les agriculteurs du milieu s’en sortent en moyenne avec 1,5 tonnes de maïs ; 2,5 tonnes de riz ; 8 tonnes de manioc ; 0,6 tonne de cacao et 0,8 de café.

Lire aussi : Recommandations pour les principales cultures selon l’état de la fertilité des sols de la préfecture de Tchaoudjo

Toutefois, l’équipe de recherche rassure qu’il est tout à fait possible de viser 25 tonnes de manioc ; 4 tonnes de maïs ; 6 tonnes de riz ; 1,5 tonnes de cacao et 2 tonnes de café dans la préfecture d’Agou en respectant les nouvelles recommandations de fumure et autres conseils sur les itinéraires techniques formulés dans cette fiche technique.

Les cultures prioritairement recommandées selon l’état de fertilité du sol de la préfecture d’Agou sont le maïs, le manioc, le soja, le riz, le niébé, l’igname, le cacao, le café.

Soutenue par la FAO et la Fondation OCP, le projet de l’élaboration de la carte de fertilité des sols agricoles du Togo est une initiative gouvernementale mise en œuvre par les chercheurs de l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA).