Recommandations pour atteindre 15t de tomate et 25t de manioc par hectare sur les sols de la préfecture des Lacs
Tomates prêtes pour la récolte

Recommandations pour atteindre 15t de tomate et 25t de manioc par hectare sur les sols de la préfecture des Lacs

  • Post category:Non classé

D’après les données du projet de l’élaboration de la carte de fertilité des sols agricoles du Togo, initié par le Chef de l’Etat appuyé par la FAO et la Fondation OCP, la préfecture des Lacs (région maritime) est dominée par des  sols ferralitiques et hydromorphes.

L’analyse des échantillons prélevés révèle que 70 % de ces sols sont pauvres en matière organique (MO), 80 % pauvres en phosphore (P) et 85 % très pauvres en potassium (K). Les principales cultures recommandées pour continuer par tirer profit des sols de la préfecture des Lacs  sont le Maïs, Manioc, Piment, Niébé, Soja, Tomate.

Les terrains recommandés par culture ; les périodes indiquées pour préparer le sol,  faire le semis, apporter l’engrais organique  et minéral, faire le sarclage ; les doses et types d’engrais adaptés par culture ; les traitements phytosanitaires ; système de rotation approprié, etc. se retrouvent dans cette fiche technique élaborée par l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA) et  l’Institut de Conseil et d’Appui Technique (ICAT).

À titre indicatif, ceux qui aimeraient obtenir 15 tonnes de tomate en fin de campagne, doivent être en mesure d’apporter 4 sacs de NPK 15 15 15 ; 6 sacs de KCl ; 1 sac d’urée; enfouir au labour ou apporter en poquet au semis 1 à 2 tonnes de fumure organique par hectare chaque année ou 3 à 5 tonnes tous les deux (02) ans ou carrément 7 tonnes à l’hectare tous les trois (03) ans.

Lire aussi : Principales cultures et doses d’engrais organo-minéraux recommandées pour les sols de la préfecture d’Amou

Pour leur part, les producteurs de manioc qui visent 25 tonnes à l’hectare doivent prévoir 8 sacs de NPK 15 15 15 ; 3 sacs de KCl ; 2,5 sacs d’urée ; enfouir au labour ou apporter en poquet au semis 1 à 2 tonnes de fumure organique par hectare chaque année ou 3 à 5 tonnes tous les deux (02) ans ou carrément 7 tonnes à l’hectare tous les trois (03) ans.