Un cadre de concertation pour la valorisation des produits agricoles à haute valeur nutritionnelle
Ensemble pour une même cause

Un cadre de concertation pour la valorisation des produits agricoles à haute valeur nutritionnelle

Les 27 et 28 octobre 2022 à Tsévié (région maritime), l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA) a travaillé en synergie avec des acteurs du secteur agroalimentaire, notamment les ingénieurs agroalimentaires, les producteurs de céréales et tubercules, et les transformateurs pour identifier des produits pertinents à mettre au point pour mieux valoriser le manioc à chair jaune, la patate douce à chair orange, le maïs jaune, le mil et le sorgho bio fortifiés.

Selon les organisateurs, ce cadre de concertation soutenu par le Programme de Résilience du Système Alimentaire en Afrique de l’Ouest (FSRP-Togo), financé par la Banque Mondiale, découle de la réticence des populations à adopter les produits issus de la transformation du manioc à chair jaune, la patate douce à chair orange, le maïs jaune, le mil ou encore le sorgho à cause de leur couleur.

Lors des travaux, Dr Essodolom PAKA, Biochimiste / Nutritionniste à la Direction des laboratoires de l’ITRA, a mis en exergue les bienfaits de la vitamine A et de certains oligoéléments notamment le fer, le fluor, le zinc et le manganèse sur la santé, contenue dans ces produits. Il a démontré que pour éviter la carence en ces oligoéléments et en vitamines A, surtout chez les enfants ; il faut encourager la consommation du manioc à chair jaune, de la patate douce à chair orange, du maïs jaune, du mil et du sorgho riche en bêtacarotène (précurseur de la vitamine A) et en oligoéléments est conseillée.

« Au-delà du renforcement de la résilience des systèmes alimentaires, la valorisation de ces produits offrira des emplois stables aux jeunes, » avait-il martelé.

Dr. Tighankoumi GMAKOUBA, chercheur en production végétale à l’ITRA et Mlle AGONSA Amévi Séfako Mireille, Ingénieur technologue à l’ITRA ont respectivement fait le point sur l’état de la recherche dans la production des variétés bio fortifiées et présenté les différentes technologies de transformation déjà existantes au niveau de l’ITRA et sur le marché.

Groupe de travail
Groupe de travail

Très active dans le changement des mentalités en matière d’alimentation au Togo, l’Organisation pour l’Alimentation et le Développement Local (OADEL) et les autres acteurs (ESTBA, etc.) présents à cette concertation ont partagé avec les participants, des éléments à prendre en compte pour faire la promotion de ces produits auprès de la population.

« Contrairement à ce que nous disons souvent, les gens n’aiment pas acheter ce qui est moins couteux. Tout le monde veut manger pour entretenir sa santé pour vivre heureux. Si donc une éducation à la nutrition accompagne les recherches de l’ITRA sur ces produits, la population sera plus favorable car elle comprendra l’importance de préférer ces aliments qui sont plus riche, » explique Maxwel ATIDIGAH, représentant de l’OADEL à l’atelier.

Aux sorties de cet atelier de concertation il est attendue qu’une synthèse soit faite et des études soient menées par l’ITRA dans le but d’améliorer ces technologies afin que les éléments nutritifs à valoriser y soient bien conservés dans les aliments. Aussi, les acteurs de l’agroalimentaire souhaitent que les autres départements ministériels et organismes internationaux concernés par l’alimentation saine de la population, jouent leurs partitions pour que les produits qui ont été identifiés soient effectivement valorisés et adoptés par les populations.